Expiration des contrats futurs sur le bitcoin et baisse des prix

Une rumeur dit que, depuis que les grandes bourses (CBoE et CME) ont ouvert des contrats « futur » sur le Bitcoin, il y a des riches qui manipulent les prix du Bitcoin.

Le graphique n’est cependant pas très probant :

On peut constater que le 17 janvier, environ 24havant la date de « settlement », les prix s’écroulent de quasiment 30% (de 14 000 vers 9800$) jusqu’à quelques heures avant le settlement, puis cela remonte.

Le pattern s’est effectivement reproduit le 26 janvier, en commençant quelques heures auparavant, et se finissant 2-3h avant le settlement : une baisse de quasiment 10% cette fois. L’ampleur est plus faible, mais le pattern est identique : la baisse va d’environ 11600 vers 10700$.

Alors, vraie ou fausse cette rumeur ? Peut-être qu’elle est auto-réalisatrice : les gens vendent.. car ils pensent que ca va baisser.. et ils enclenchent la spirale de la baisse. A suivre lors du prochain « settlement ».

D’autres ont des théories fumeuses, mais non prouvées : les futures peuvent être manipulées, mais de nombreux acteur ont intérêt à des hausses de prix : les mineurs, les bourses, les investisseurs crypto… donc dire que les méchants de Wall Street vont tout crasher est un peu réducteur. Certes, la faible profondeur  des carnets d’ordre permet de manipuler les prix plus facilement : mais c’est à chacun d’éviter de mettre des ordres stop

Tagués avec :

A partir de combien de volts peut-on mourir ?

Suite au jeu de la mort, une émission de 2010 sur France 2, nous nous sommes posé la question de savoir si on peut mourir à cause des volts dans sa maison :

Volts ou Ampères ?

On a coutume de dire que ce n’est pas la tension (volts) qui tue, mais plutôt l’intensité (ampères)
Les deux sont liées par la loi d’ohm. Le facteur décisif est la résistance du corps humain, essentiellement variable selon :

  • Les individus
  • L’humidité de la peau
  • Et le « circuit » qu’emprunte le courant dans le corps.

Si la résistance est telle que le courant dépasse la valeur de 10 ou 20 mA (milli ampère) alors la mort peut survenir. On peut toucher par exemple une source de tension de 12 V capable de débiter des centaines d’ampères sans danger car alors le courant dans le corps reste faible.

Avec une centaine de volts, une résistance du corps de 20 000 ohms, le courant est de 5 mA (cela ce traduit par « une bonne secousse »). Avec 200 V dans les mêmes conditions, un individu fragile du cœur, peut mourir.
Mais attention, il n’y a pas de valeur létale précise.

Dans une installation électrique, industrielle ou domestique, la norme NF C 15-100 impose que la tension de contact ne soit pas supérieure à 50 V en courant alternatif, et 75 V en courant continu.

Effet des ampères sur le corps

Ce qu’il faut savoir également, c’est que le courant qui traverse le corps humain (75 % d’eau) est dangereux suivant son intensité :

  • à 0,5 mA : c’est le seuil de perception : ça chatouille comme on dit
  • à 10 mA : contractions musculaires, seuil de non lâcher : maximum 3-4 minutes
  • à 30 mA : seuil de la paralysie respiratoire : maximum 20-30 secondes
  • à 75 mA : seuil de fibrillation cardiaque irréversible : maximum 2 à 5 secondes
  • à 1000 mA : arrêt cardiaque : maximum 30 à 100 ms

La formule de la loi d’Ohm est : I = U / R, avec
U : tension en Volts (V)
I : courant en Ampères (A)
R : résistance en Ohms (Ω)

En fonction de l’individu, le corps humain présente une résistance variable, de l’ordre de 3 à 5 kΩ.

Chez nous, en France, quand on touche avec le doigt, une prise 230 V~ et que nous sommes en contact avec le sol qui est au potentiel de la terre, donc 0, un courant prend naissance. Ce courant est de l’ordre de 230/5 000, soit 46 mA. Donc au-delà de 5 secondes : problème.

C’est pour cette raison, entre autres, que chez vous, il y a un différentiel qui protège les circuits de prises électriques, à savoir 30 mA. Ce dispositif ouvre le disjoncteur général à partir de 15 mA : voilà pourquoi, heureusement, on ne meurt presque plus d’électrocution domestique avec du 220 volts.

Pour en revenir à la question, c’est bien la tension de contact (que l’on va toucher) qui est dangereuse, car c’est elle qui donne naissance au courant.

Risque t-on quelque chose avec une tension de 12V ?

Non, on ne risque rien avec une tension de 12 V. En effet prenons un exemple : une batterie de voiture peut débiter un courant max de 700 A. Si on touche le plus et le moins avec nos mains, le courant qui nous traversera sera de : 2,3 mA. Donc aucun risque.

Nous avons donc vu que, dans un usage « courant » de nos habitations, le 220V peut être mortel (si cela ne disjoncte pas), alors que le 12V est sans danger. Quant au seuil de risque exact, il dépend de l’individu, car la résistance n’est pas la même suivant la morphologie des personnes (mains moites, mains calleuses, structure de la chair, etc…)

Dans les locaux à risque, comme les saunas, les piscines, et les ambiances humides en général, la tension d’alimentation est le 24 V en alternatif, et dans des cas bien particuliers, on descend à 12 V.
Ces 2 niveaux de tension s’appellent : TBTS : Très Basse Tension de Sécurité. Des tensions qui nous assurent une absence totale de risque

Tagués avec :

3D facile avec WebGL

Faire de la 3D dans son navigateur, c’est désormais possible : la norme WebGL est de mieux en mieux supportée par les navigateurs : elle permet de créer facilement des petites objets 3D, d’y plaquer des textures, et de les faire bouger – ou de déplacer une caméra virtuelle.

La manière consiste à créer des objets à partir d’une suite de coordonnées 3D : pour ceux y ont connu, cela ressemble beaucoup à la programmation sur les calculatrices Casio : il fallait à l’époque tracer des « PLOT » et des « LINE ».

Un tutoriel bien fait et complet est en ligne :

https://developer.mozilla.org/en-US/docs/Web/API/WebGL_API/Tutorial/Using_textures_in_WebGL

Tagués avec :

Activités du passé

Changer de lieu de vie pour faire des économies

On peut déménager complètement de région pour payer moins en logement.. encore faut-il trouver un emploi.

Si, hors de Paris, les loyers régionaux sont bien moins différents, il y a par contre un domaine inattendu dans lequel le déménagement peur soulager le portemonnaie : les frais alimentaires

Même si les chiffres donnés par Que Choisir sont très approximatifs, on apprend que d’un département à l’autre, le prix moyen du même caddie de produits de référence varie de facilement 6% entre l’ouest de la France, moins cher, et l’est.

Avec un budget annuel pour une famille avec 2 enfants, de 5 000 euros par an de courses alimentaires, cela peut représenter 300 euros d’économies par an sur ce poste, en habitant à Nantes ou Rennes, au lieu de Lyon, Strasbourg, ou Marseille, voire Bordeaux. Et cela sans parler de Paris, Nice et la Corse, trio gagnant des endroits les plus chers, ou l’économie atteindra plutôt 500 euros

Ce n’est pas énorme, mais pour des gens qui ne roulent pas sur l’or, ça compte !

Choisir son opérateur avec le site cartoradio

Nous avons tous un opérateur téléphonique et internet. Si, pour internet, des sites comme Degrouptest commencent à être connus (pour vérifier le débit avant d’acheter un bien immobilier par exemple), peu de gens savent qu’on peut aussi essayer de prévoir la qualité de réception d’un opérateur mobile à un endroit précis.

A une époque où le téléphone nous permet non seulement de téléphoner, mais aussi et surtout d’aller sur internet avec la 3G ou la 4G, cette qualité de réception est importante

Impact santé

De plus, le fonctionnement d’un téléphone est ainsi fait que, plus on est loin de l’antenne relais, plus, pour compenser, le téléphone va émettre fort, pour compenser cette distance et que son signal atteigne l’antenne.

Cela signifie deux choses :

  • En situation de grande mobilité (TGV ou autoroute), essayez de désactiver vos données mobiles (voire si possible, tout votre téléphone) : la recherche d’accroche va manger votre batterie à grande vitesse.
  • En situation « stable » mais loin d’une antenne relais, lors d’un weekend au fin fond de la creuse par exemple (et bien ailleurs : par exemple, impossible de capter des réseaux mobiles sur la côte Normande près des plages du débarquement) : pareil, pensez à désactiver data ou téléphone.

Chaque appel passé en éloignement de l’antenne, va émettre une dose élevée de radiations. Un jour, une étude nous annoncera gentiment que, comme l’amiante, les antennes relais sont un scandale, et que tous les gens téléphonant beaucoup depuis des coins reculés, ont été surexposés aux rayonnements.

Le site malin

Pour éviter ces maux de santé, et les énervement du captage mauvais, il y a une première solution: aller voir les cartes de couverture sur les sites des opérateurs : elles sont cependant assez imprécises ; on sait que, un opérateur considère qu’une commune est « couverte » par son réseau si, en un seul endroit de la commune, le signal est reçu (on ne parle même pas d’une conversation d’un certain temps qui se passerait correctement). Bref, le nombre de zones blanches réelles est facilement dix fois plus grand que le nombre officiel.

Du coup, même si cela ne donne pas de chiffre de débit précis, vous pouvez aller sur le site CartoRadio : outre l’emplacement exact de toutes les antennes, il donne aussi tous les équipements publics émettant des ondes : radio, TNT, péages… tout est recensé !

Très bon pour les électrosensibles. Très bon aussi pour voir quel opérateur a son antenne la plus proche de vos lieux de vie : maison, bureau, usine, appartement de la grand-mère..

Ainsi, vous souscrivez nos pas par rapport à celui qui vous fait payer 2 ou 5 euros de moins par moins, mais par rapport à celui qui va vous offrir un réseau de qualité, bon pour votre santé. Malin, non ?

Chez moi par exemple, tous les opérateurs ont mis une antenne sur le clocher de l’église de la vaille. C’est donc la distance (et le vallonnement) par rapport à l’église, qui déterminera la qualité de réception.. c’est bon à savoir, et c’est quelque chose que de bons agents immobiliers devraient connaître par cœur, mais évidemment ils n’en ont aucune idée.

Tagués avec : , ,

Quand Google se la pète avec son Brotli

Chez Google, ils ont souvent les chevilles qui enflent. Ils ont une propension  à inventer des trucs inutiles, et à s’en vanter, qui est assez incroyable. Peut-être que certains développeurs se souviennent du « SPDY », ce protocole que Google avec voulu imposer en remplacement du HTTP. Cet algorithme de protocole, par la force de Google qui noyaute toutes les organisations de normes, sert de base pour la future norme HTTP2 en cours de finalisation. Mais ça fait des années qu’ils en ont parlé, et en réalité, personne n’utilise leur truc (je veux dire,dans le monde normal de 99% des développeurs web).

Brotli ne marche même pas sous Apache

Quand on sait que 25 % des 10 000 plus gros sites du monde tournent sous WordPress, et 46% sous PHP (donc en grande majorité avec le serveur Apache), et que Brotli ne supporte pas Apache, ça nous fait doucement rigoler.

Ces rigolos de Google ont inventé Brotli. C’est quoi Brotli ? Leur soi disant super nouvel algorithme de compression « tous usages » (textes, images, fontes, enfin bref tout ce qui transite sur le web), qui est censé, selon leur propres mesures (donc sujettes à caution) réduire les tailles de fichiers de 20 à 26% par rapport à DEFLATE. DEFLATE, c’est l’algorithme de compression « basique » utilisé par la majorité des serveurs web.

« Petit » problème: Google a oublié de préciser (et de penser) que pour être efficace, un algorithme de compression a besoin de deux choses :

  • Être reconnu par les navigateurs (sauf si, par magouille, il est rétro compatible avec un autre algorithme, à la manière de winrar qui savait créer des zip qui utilisaient quand même des trucs spécifiques à rar)
  • Et surtout, être implémenté sur les plus gros serveurs web, donc Apache, Nginx, Tomcat, Jboss, etc.. (liste non exhaustive)

Même les sociétés de CDN comme Cloudflare, pourtant forcément les premières à vouloir économiser de la bande passante, n’arrivent pas vraiment à se dépêtrer avec l’algorithme de Google :

Un module expérimental a été créé par on ne sait qui pour Nginx (https://github.com/google/ngx_brotli), mais il faut recompiler Nginx et bidouiller, bref autant dire que ce n’est pas à la portée du 1er venu, même pour un administrateur système aguerri.

Quand donc Google va-t-il comprendre que la technique ne fait pas tout ? Que derrière ses inventions, ses réseaux sociaux Google+, ses Picasa et je ne parle par des tonnes de projets abandonnés après quelques années (allo, le javascript à la sauce GWT ? Allo encore, le réseau social Orkut qu’ils ont laissé pourrir ? etc..), bref derrière toutes ces nullités, il aurait fallu penser à l’utilisateur, à ses usages réalistes..

C’est désolant. Même pour des développeurs, ils sont infichus de créer des solutions utilisables. Enfin, ça le sera peut-être, mais d’ici 5 ans.. youpi.

Le plus triste, c’est de voir des publications pseudo intelligentes comme le JournalDuNet, reprendre bêtement après des mois, les allégations de Google, sans les vérifier :

http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/1171401-firefox-et-chrome-plus-rapides-grace-a-brotli/

En plus, ça ne marche qu’en HTTPS. Oui, HTTPS, le protocole que Google vous pousse à utiliser d’un côté (en disant que ça fait gagner des points dans les référencements) et que le même Google vous pousse à ne surtout pas utiliser (sa division en charge des pubs, ne sait pas gérer correctement le HTTPS pour les pubs. Du coup, un site qui passe en HTTPS gagne deux fois moins avec Google Adsense).

Google ou gogol ?

 

Tagués avec :
Top
%d blogueurs aiment cette page :