Élections provinciales en décembre !

Le premier ministre du Québec, que personne ne connait en dehors du Canada, Jean Charest, a un égo sans limite (à part celui de Sarkozy bien sur) et rêve d’être celui qui va faire du Québec une province fédéraliste, anglophone et ultra libérale.
Après s’être fait jeter comme un malpropre par Sarko-le-nain lors du sommet de la francophonie (il nous avait promis la signature de tas d’accord avec la France et l’europe sur de la coopération commerciale, il n’y a eu que des ‘accords pour faire des accords’…), Charest a donc consulté la boule des sondage et décrété que c’était le bon moment pour revoter…

En effet juste avant notre arrivée, en mars 2007, Charest a été réélu, mais avec un gouvernement minoritaire. Pour la 1e fois, l’ADQ, parti de droite, finissait 2e (30% et 41 sièges), et le PQ en déroute prenait la 3e place avec 36 sièges et 28%.
Le parti libéral de Charest (pas lié à son homologue fédéral d’ailleurs) a recueilli seulement 33% des voix, et 48 sièges.

En consultant les sondages, Charest a vu que son avance sur le PQ n’avait jamais été aussi haute, atteignant 8 à 10%, et pense être réélu en majoritaire. Cela lui éviterait le risque de pouvoir être destitué à tout moment par une alliance de ses rivaux.

 

pourcent

J’éspère que les québécois vont se réveiller et ne pas élire pour la 3e fois ce clown.
En fait on est dans une situation bizarre ou aucun des partis ne marchent :
Le PLQ (parti libéral) est traditionnellement le parti pour lequel votent les riches, les juifs, les anglophones et les immigrés. Ce parti a une doctrine proche de l’UMP, ce qui est assez centriste pour le Québec (et démocrate si on compare aux USA..). Il garde donc l’assurance santé, un peu de crèches, une politique pour les grands groupes.. Beaucoup de circonscriptions de l’ouest de Montréal et de l’outaouais, peuplés par ces catégories de personnes, votent de 70% à 90% pour ce parti, lui assurant une vingtaine de sièges inperdables. Mais nous verrons que cette concentration de ses appuis est aussi la faiblesse du parti

Le PQ (Parti Québécois) est indépendantiste et prend un virage de plus en plus à gauche ces dernières années, suivant en cela l’avis des bobos de Montréal, mais en se détachant de la base populaire qui votait pour lui dans les campagnes et reste relativement conservatrice. Il gagne dans l’est de Montréal et les campagnes ‘éloignées’ de Montréal, ou les gens descendent de valeureux colons qui sont donc farouchement attachés au Français.

L’ADQ (Action Démocratique) est un parti fondé par scission du parti libéral il y a une quinzaine d’années, par Mario Dumont et ceux qui voulaient être moins fédéraliste. Le parti a donc une ligne autonomiste (donc centriste sur le plan de l’indépendance). En même temps, il s’est déplacé vers le populisme, en faisant un parti de protestation contre les deux autres partis qui dominent la politique québécoise depuis 40 ans. Se calquant sur les idées des gens du peuple (principalement des campagnes du corridor Montréal – Québec), le parti est devenu le plus à droite avec un conservatisme moral relatif (pour le soutien à la natalité et aux familles.. ce qui n’est pas un mal quand la province a 1.6 enfants par femme..), et un certain refus des élites. Autant dire que le parti fait des scores lamentables sur l’ile de Montréal et en banlieue de Montréal, ou il n’a jamais eu (et n’aura probablement jamais) d’élu.

La présente campagne s’avère en fait très ouverte. L’ADQ est revenu dans les sondages à son score de 2003 (qui était aussi sa prédiction au début de 2007). En fait, les citoyens sont fachés contre tous les partis :
– Charest est beaucoup trop fédéraliste pour les nationalistes, il a une tête d’idiot, et après 5 ans de pouvoir et de fanfaronnades, il est usé. Cependant il se maintient dans les sondages à 38-42% tout simplement parce que les gens lui accordent la ‘prime au sortant’, se disant ‘avec lui c’est pas génial mais au moins on sait ce qui nous attend, alors que les autres..’
– Mario Dumont (ADQ) s’est montré beaucoup trop girouette à l’assemblée, incapable de présenter de vraies solutions au lieu de critiquer. Cela fait peur même aux gens qui ont voté pour lui. De plus il est probable qu’à l’instar du FN en France, son électorat est très indécis et hétéroclite, regroupant des protestateurs, des fans, des conservateurs, des gens qui croient à l’autonomie… Du coup son parti est vers 15-17%, proche des 18% obtenus en 2003.
– Pauline Marois (PQ) avec son air de Marie-Georges Buffet, a beaucoup ‘gauchi’ le parti, au point que le socialisme est passé devant le projet de l’indépendance. Elle le met en veilleuse car elle sait bien que si un nouveau référendum avait lieu sur l’indépendance, il échouerait probablement aux alentours de 45% pour le OUI. Certes il y a une base d’environ 25% qui votent toujours PQ par conviction sur le duo ‘gauche+indépendance’, mais les jeunes en ont marre de cette question. Surtout à Montréal, les jeunes francophones ne pensent qu’à l’économie, s’amuser, et ne voient pas l’utilité de l’indépendance.
Ce revirement est implicitement un aveu que la position de Dumont (renégocier la constitution du Canada, obtenir une vraie autonomie dans le Canada) est en fait la meilleure solution pour l’indépendance : il faut procéder par étapes (ce que Marois a appelé ‘les gestes concrets de souveraineté’ mais qui ne sont rien d’autre que de l’autonomisme). Personnellement je pense aussi qu’il y a une forte majorité de 60 à 70% de gens qui sont au moins pour l’autonomie, alors il faut s’appuyer dessus pour avoir un Québec avec sa seule langue officielle (arrêter les dérogations qui permettent à des tas d’entreprises, villes et familles d’utiliser l’anglais au travail ou à l’école), avec plus de pouvoirs (plusse de budget, arrêter de verser plein d’argent à Ottawa.. gérer tous les impôts.. etc) et de symboles (drapeaux, participations aux instances internationales, ambassade, voire passeport de ‘nationalité québécoise’ puisque le Canada a reconnu que c’est une nation, il devrait y avoir une nationalité, c’est logique !!)

Au vu des sondages , rien n’est joué :
– En se basant sur les chiffres de 2007, on voit que si l’ADQ plonge et que le rapport de force entre PQ et PLQ se maintient (soit 5% de retard), sur les 41 circonscriptions de l’ADQ, il ne devrait en garder que 6 (là ou il a fait plus de 50%.. ai je rappelé que les élections sont à un seul tour ici?). Sur les 35 autres, environ 22 iraient au PQ car il y était 2e, contre seulement 13 au PLQ. Ici intervient l’explication : le vote PLQ est très concentré dans ses bastions alors que celui du PQ est plus uniforme : d’ou plus de 2e places.. En additionnant on trouve une répartition :
– PLQ 38% – 48+13 = 61 sièges
– PQ 33% – 36 + 22 = 58 sièges
– ADQ 17% – 6 sièges
– En se basant sur les chiffres de 2003 et en admettant que le PLQ perd 6% des voix (possible au vu des sondages), on voit que environ 14 comtés sont susceptibles de basculer au PQ, qui y avait perdu par moins de 7%. Cela nous donne :
– PLQ 46% – 6% = 40% / 76-14 = 62 sièges
– PQ 33% / 45 + 14 = 59 sièges
– ADQ 4 sièges.

Donc si le PQ réussit à faire seulement 5% de moins que le PLQ, l’élection sera très serrée et pourrait donner un gouvernement minoritaire de l’un ou l’autre bord. Si le PQ a un retard de 3% ou mieux, il pourrait être majoritaire même en ayant reçu moins de voix !
Par contre si l’ADQ remonte, cela profitera au PLQ qui sera presque sur de gagner (à moins que le PQ ait plus de voix bien sur)
Et si l’ADQ descend encore plus, la plupart (au moins 4) de ses places fortes iraient aux libéraux..
Le plus probable malheureusement pour le moment est un écart de 8% qui donnerait à peu près 67 sièges aux libéraux, 52 au PQ et 6 à l’ADQ. Mais rien n’est perdu .

N’oublions les deux partis de gauche (Vert et Québec Solidaire, sorte de LCR locale) qui ont de bons score de 4 à 7% dans les sondages. De trop bons scores pourraient faire perdre quelques sièges au PQ (surtout sur l’ile de Montréal), voire même leur faire gagner 1 siège !

Ah oui, je n’ai pas donné mon avis : personnellement je me sens plus proche de l’ADQ, mais la règle numéro si je pouvais voter serait : faire tomber Charest !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *