Quand Google se la pète avec son Brotli

Chez Google, ils ont souvent les chevilles qui enflent. Ils ont une propension  à inventer des trucs inutiles, et à s’en vanter, qui est assez incroyable. Peut-être que certains développeurs se souviennent du « SPDY », ce protocole que Google avec voulu imposer en remplacement du HTTP. Cet algorithme de protocole, par la force de Google qui noyaute toutes les organisations de normes, sert de base pour la future norme HTTP2 en cours de finalisation. Mais ça fait des années qu’ils en ont parlé, et en réalité, personne n’utilise leur truc (je veux dire,dans le monde normal de 99% des développeurs web).

Brotli ne marche même pas sous Apache

Quand on sait que 25 % des 10 000 plus gros sites du monde tournent sous WordPress, et 46% sous PHP (donc en grande majorité avec le serveur Apache), et que Brotli ne supporte pas Apache, ça nous fait doucement rigoler.

Ces rigolos de Google ont inventé Brotli. C’est quoi Brotli ? Leur soi disant super nouvel algorithme de compression « tous usages » (textes, images, fontes, enfin bref tout ce qui transite sur le web), qui est censé, selon leur propres mesures (donc sujettes à caution) réduire les tailles de fichiers de 20 à 26% par rapport à DEFLATE. DEFLATE, c’est l’algorithme de compression « basique » utilisé par la majorité des serveurs web.

« Petit » problème: Google a oublié de préciser (et de penser) que pour être efficace, un algorithme de compression a besoin de deux choses :

  • Être reconnu par les navigateurs (sauf si, par magouille, il est rétro compatible avec un autre algorithme, à la manière de winrar qui savait créer des zip qui utilisaient quand même des trucs spécifiques à rar)
  • Et surtout, être implémenté sur les plus gros serveurs web, donc Apache, Nginx, Tomcat, Jboss, etc.. (liste non exhaustive)

Même les sociétés de CDN comme Cloudflare, pourtant forcément les premières à vouloir économiser de la bande passante, n’arrivent pas vraiment à se dépêtrer avec l’algorithme de Google :

Un module expérimental a été créé par on ne sait qui pour Nginx (https://github.com/google/ngx_brotli), mais il faut recompiler Nginx et bidouiller, bref autant dire que ce n’est pas à la portée du 1er venu, même pour un administrateur système aguerri.

Quand donc Google va-t-il comprendre que la technique ne fait pas tout ? Que derrière ses inventions, ses réseaux sociaux Google+, ses Picasa et je ne parle par des tonnes de projets abandonnés après quelques années (allo, le javascript à la sauce GWT ? Allo encore, le réseau social Orkut qu’ils ont laissé pourrir ? etc..), bref derrière toutes ces nullités, il aurait fallu penser à l’utilisateur, à ses usages réalistes..

C’est désolant. Même pour des développeurs, ils sont infichus de créer des solutions utilisables. Enfin, ça le sera peut-être, mais d’ici 5 ans.. youpi.

Le plus triste, c’est de voir des publications pseudo intelligentes comme le JournalDuNet, reprendre bêtement après des mois, les allégations de Google, sans les vérifier :

http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/1171401-firefox-et-chrome-plus-rapides-grace-a-brotli/

En plus, ça ne marche qu’en HTTPS. Oui, HTTPS, le protocole que Google vous pousse à utiliser d’un côté (en disant que ça fait gagner des points dans les référencements) et que le même Google vous pousse à ne surtout pas utiliser (sa division en charge des pubs, ne sait pas gérer correctement le HTTPS pour les pubs. Du coup, un site qui passe en HTTPS gagne deux fois moins avec Google Adsense).

Google ou gogol ?