Arnaque à la location de voiture chez Gescom

J’ai un désaccord avec la société Gescom location, aussi appelée parfois « Loue Québec ». J’ai réservé une auto avec ma visa or le weekend dernier, soit du samedi 4 octobre 2007 à 9h au lundi 6 oct 9h.

 

Arrivé sur place avec ma conjointe, nous avons signé le contrat et reçu ce qu’on appelle quasiment une épave, du moins je ne savais pas qu’il était permis de louer une auto en si mauvais état : il s’agit d’une Kia Rio datant de 2003, bas de gamme : l’extérieur est plein de pocs à chaque coin, le rétroviseur gauche est abimé. L’intérieur est sale, visiblement mal nettoyé, des cendres de cigarette sont dans le porte canettes du passager avant, etc. L’auto a plus de 138 200 km !

 

Comme nous devions partir passer la journée à 100 km de Montréal nous avons décidé de ne pas faire d’histoire et de prendre la voiture quand même : après tout le bureau de location est situé dans un garage donc nous pensions que l’auto était au moins entretenue correctement.

 

Cependant très vite nous avons vu un voyant orange en forme de robinet sur le tableau de bord. Puis nous avons constaté que les essuies glaces étaient vétustes et fonctionnent mal : une partie de l’eau reste à chaque passage, cela peut être très dangereux en cas de forte pluie.

Enfin les freins sont également abimés et répondent avec du retard.

 

Nous avons donc conduit le plus prudemment possible. Le lendemain 5oct nous sommes allé faire du magasinage à Longueuil. Après 1h sur le parking du centre d’achats Rive-sud, nous avons essayé de redémarrer la voiture, et là, impossible après plusieurs essais. Vers 16h nous avons donc essayé de trouver du dépannage : le numéro de Kia inscrit sur la voiture ne pouvait rien faire, ensuite nous avons tenté d’appeler l’agence 2 fois à 16h et 16h20. Pas de réponse, nous avons du laisser des messages pour expliquer notre problème. Nous avons aussi cherché une numéro d’assistance sur le contrat et avons vu à notre stupeur que c’est le ‘1-000-0000-0000’ (sic) ! Bizarrement alors que le 2e message disait que si nous n’étions pas rappelés, nous laisserions la voiture à Longueuil, et rentrerions en taxi, le locateur nous a rappelé et nous a annoncé que c’était ‘normal’ d’avoir une panne (sic) et qu’il fallait appeler un taxi pour être survolté. Bien entendu, nous n’avions laissé aucune lumière allumée vu qu’il faisait plein jour,mais il a déjà cherché à rejeter la faute sur nous. Il nous a aussi dit de ramener la voiture à l’agence et de laisser les clés dans la boite aux lettres.

Le taxi est arrivé à 17h20 et vers 18h00 nous avons pu arriver à l’agence et nous avons laissé la voiture la bas, de peur qu’elle se remettre à ne pas marcher.

Le locateur ne nous a jamais proposé de nous fournir une autre auto étant donné qu’il est fermé le dimanche.

 

Nous sommes revenus le lundi matin à l’agence pour nous expliquer et nous faire rembourser nos frais. Étant donné que le 2e jour nous n’avons quasiment pas pu jouir de la voiture, qu’on ne nous en a pas proposé d’autre, (sans compter le préjudice du temps perdu à cause de la panne), nous n’allons pas payer le 2e jour. Comme le survoltage nous a couté 45$, et une journée vaut 33$, le locateur nous devrait 12$. Mais il n’a rien voulu savoir et rien voulu rembourser, ne voulant même pas reconnaître que l’auto était en mauvais état. Or je suis ingénieur et je sais très bien comment marche une batterie : elle a besoin d’une puissance que nous appellerons 100. Si nous prenons l’auto avec une batterie à 101 et que sur le parking elle se trouve à 99, la batterie ne démarre plus l’auto. Un coup de survoltage et c’est reparti, en roulant il est même possible que la batterie revienne vers 100,5 et remarche les jours suivants. Il est cependant ultra dangereux et devrait être interdit, de louer une voiture dont la puissance de la batterie n’a jamais été vérifié alors qu’on sait bien qu’une batterie ne dure que quelques années. Imaginons une batterie qui lâche en plein hiver, cela pourrait mettre en danger la vie de personnes !!!

Donc en plus d’être malhonnête, ce locateur est dangereux !

 

Bref au final, je me suis rendu compte qu’il m’a chargé tous les 66$ sur ma carte visa, et que sa société a le nom ‘Rent-a-wreck’. Littéralement cela veut dire ‘loue une épave’ et je n’apprécie pas du tout la plaisanterie.