Hôtels jours 5-6, de Lafayette à Texas City

 

Motel 8 new Orleans :

juste un petit retour pour dire qu’il fallait bien attendre le lendemain… on a trouvé un gros cafard dans la chambre avant d’aller dormir.. brrr…
du coup forcément la note baisse, disons 2 sur 5. Certes, c’est peut être un coup de mépôt mais bon.. ca aide pas à dormir.

Baton Rouge et Lafayette:
bien que Baton Rouge soit la capitale de la Louisiane, c’est une ville de taille moyenne, et il n’y a pas grand chose à voir. Mais à Lafayette, c’est pire, il n’y a absolument rien à voir (pourtant c’est une ville de 110 000 habitants !). Il y a vaguement un centre ville mais tout est mort. Quant aux francophones, la situation ici est comparable à ce qu’elle est dans le Canada hors Québec et Acadie : il faut les chercher (en fait on en a rencontré aucun dans l’état à part au village Acadien). Alors le chiffre de 25% de francophones ou 5% dans l’ensemble de la Louisiane me semblent délirants. Ca doit être des chiffres de y’a 20 ans, surévalués, comme au Canada. Ca doit être plus que des vieux en voie d’extinction. Le français semble d’ailleurs totalement absent de la vie locale, nous n’avons vu ni quotidien, ni radio, ni affichage, à part quelques sous titrages dans les centre villes de New Orleans et de Lafayette. Décevant de côté la. Même pour la gastronomie, on a lutté comme des fous pour trouver autres chose que des fast food. Des restos Cajun, il y en a vraiment peu en dehors du centre de NO !

Près de Lafayette on a visité le ”Village Acadien”, c’était sympa, une reconstitution de village au 19e siècle. On y apprend un peu plus sur les descendants d’acadiens déportés et de Cajuns. Il semble que le Français a disparu très rapidement, en une génération au début du 20e siècle, en même temps que l’école obligatoire (et en anglais) se répandait. C,est pour moi LA leçon dont le Québec doit se souvenir :

si vous voulez conserver le français, c’est une école unilingue et en français qu’il faut. Comme le Canada ne permet pas cela, il faut être indépendant. Point barre.

Red Roof Lafayette:
Cet hôtel était très nul. Chambre sale, et on a eu la mauvaise surprise que en arrivant à 16h on nous a dit que aucune chambre n’était prête. Je mettrai donc encore 2 étoiles sur 5 (heureusement le sommeil a été bon). Pour terminer sur la Louisiane, je dirai que l’impression générale que m’ont laissé les habitants est d’être un peu débiles (en même temps des fils de cajuns illettrés et d’esclaves, je m’attends pas à des lumières. C’est méchant mais c’est la vérité). Les paysages verts et pleins de marais sont beaux, ceci dit

J6 – Texas City (La Quinta), Galveston
La Quinta a l’air super pour le moment. On a du mal à trouver autre chose que des fastfoods ici, on comprend mieux comment ils sont tous obèses. Il n’y a rien à voir à Texas City, on y dort juste pour être près de la NASA. Par contre Galveston a quelques maisons et monuments sympas, surement des restes du temps ou c’était une florissante cité de planteurs de coton !!

À suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *